AMBASSADRICE DE L'OCÉAN

Alicia Ward

Ayant grandi à Hawaï, Alicia pratique la nage, l'apnée et la plongée sous-marine dans l'océan depuis qu'elle est toute petite. Aujourd'hui, elle s'est construit une solide réputation dans la photographie, la conservation des océans et l'éducation.


"La complexité des différents paysages marins océaniques m'intrigue. Je trouve mon inspiration dans les cathédrales immergées ; je suis totalement le genre de fille à avoir sa boule de corail préférée et qui va la voir pour faire connaissance avec les poissons ou crabes qui sont devenus les nouveaux locataires".



Quand et pourquoi as-tu commencé à plonger ?

J'ai grandi en nageant dans l'océan et la vie insulaire a quasiment toujours fait partie de moi. À 15 ans, ma pratique de la natation a évolué de manière spectaculaire quand j'ai découvert l'apnée. Quand j'ai vu à quelles profondeurs je pouvais descendre avec une seule inspiration, j'ai eu envie de m'entraîner, pour pouvoir explorer encore plus mon environnement préféré. J'ai décroché mon premier job de photographe sur un circuit de plongée avec tuba sur Oahu et c'est rapidement devenu à la fois une source de revenus et un de mes passe-temps favoris. La plongée en apnée et la photographie se sont associées très tôt dans ma vie, et c'est une combinaison que je chérirai toujours.

Il s'est écoulé pas moins de 8 ans avant que j'obtienne mon certificat de plongée. Mon petit ami de l'époque (aujourd'hui mari), Jim, m'a très vite conseillé de passer un brevet de plongée en eau libre pour que nous puissions plonger ensemble, mais j'ai continué de refuser. Je ne sais pas pourquoi j'étais tellement contre la plongée sous-marine au début, peut-être simplement parce que j'ai toujours apprécié la sensation de liberté que procure l'apnée. On a fini par se mettre d'accord avec Jim lorsque je lui ai dit que je voulais aller à Tahiti. Il avait lu que la Polynésie française pouvait se vanter d'avoir certaines des plongées les plus spectaculaires au monde et le deal, c'était que si on mettait notre argent en commun pour faire un voyage à Tahiti, je devais obtenir un certificat pour pouvoir plonger avec lui dans les Tuamotu. Après ma certification, j'ai me suis rendu compte que j'aurais dû la passer depuis des années. La plongée sous-marine a ouvert une quantité incroyable de nouvelles voies d'exploration aquatique. Ma première plongée en Polynésie française m'a laissée sans voix, et depuis, je suis vraiment contente d'avoir passé ma certification !

Si tu avais une connexion spirituelle avec un poisson ou un mammifère, ce serait lequel ?

Ah, j'ai toujours été attirée par les Orques. Je ne les ai vus qu'une seule fois dans la nature, à quelques kilomètres de chez moi (île d'Hawaï), mais ils m'ont hypnotisée au dernier degré. Leur beauté saisissante mise à part, ils ont une intelligence vraiment surprenante et leurs prouesses dans l'eau me laissent sans voix. J'étais dans l'eau quand les petits se sont approchés de moi, glissant silencieusement dans l'eau bleu cobalt ; le temps mercuriel du matin faisait un cadre grisâtre, légèrement sinistre. Je suis restée là, spectatrice émerveillée, tandis qu'ils m'observaient en silence et me dépassaient. Un peu plus tard, les grands adultes ont montré ce qui semblait être un comportement de chasse et un mâle s'est approché de notre petit zodiaque. On s'est senti tout petit à côté de lui. Il s'est roulé sur le dos, nous a regardés, mon mari et moi, puis a continué à poursuivre sa proie.

J'aimerais bien avoir un poisson spirituel unique ou loufoque, mais en toute honnêteté, l'Orcinus Orca est sans aucun doute l'animal avec lequel je me sens le plus d'affinités.

Qu'est-ce qui te plaît le plus dans la plongée ?

La complexité des différents paysages marins océaniques m'intrigue. Je trouve mon inspiration dans les cathédrales immergées ; je suis totalement le genre de fille à avoir sa boule de corail préférée et qui va la voir pour faire connaissance avec les poissons ou crabes qui sont devenus les nouveaux locataires".

Comment tu fais pour donner envie d'apprendre à plonger à ceux qui n'ont jamais pratiqué ?

Je suis assez souvent sur les réseaux sociaux et je partage mes expériences dans et sous l'eau. Je pense que le partage d'images et surtout de vidéos est un moyen amusant de faire découvrir l'océan et tout ce qu'il a à offrir aux nouveaux venus. J'ai aussi tendance à aborder assez vite les méthodes de plongée responsable, surtout lorsque je discute avec de nouveaux plongeurs ou des non-plongeurs. Comment ? Quand on parle d'admirer et d'apprécier des choses comme le corail et la vie sauvage, je rappelle toujours de ne jamais rien toucher. C'est simple et facile à aborder, mais je trouve que c'est très important. 

Ton expérience de plongée la plus mémorable ?

Jim et moi avons plongé dans le parc national de Komodo et je n'arrive toujours pas à croire ce qu'on y a vu. C'était comme vivre dans le film Nemo. Jamais de ma vie je n'ai imaginé que je me trouverais un jour dans un espace rempli de récifs coraliens aussi vastes et en aussi bonne santé. Je crois bien que c'est la plus belle plongée de ma vie. Vu la fragilité du corail et la vitesse avec laquelle il disparaît de notre planète, je sais à quel point une expérience comme celle-ci est spéciale. J'espère que nous pourrons travailler ensemble pour trouver une solution afin de protéger des espaces comme celui-ci, pour que les générations futures puissent en profiter également.

Ta plongée de rêve : où et avec qui (vivant ou non) ?

Le premier endroit qui me vient à l'esprit est Rangiroa. J'ai un bon ami de Tahiti qui m'envoie toujours des photos des rencontres sauvages qu'il fait dans la passe de Rangi. J'aimerais bien y aller, un jour. J'aurais évidemment Jim à mes côtés, avec notre ami tahitien - Olivier, et quelques copains de plongée très proches. Notre petit groupe d'amis compte des plongeurs de tous les niveaux. J'aime plonger avec les expérimentés comme avec les novices. Les maîtres/instructeurs de plongée semblent toujours savoir où chercher la faune et la flore, alors que les nouveaux plongeurs s'émerveillent absolument de tout. Avoir les deux à mes côtés offre une perspective très complète de nos plongées. J'aime bien voir les masques se remplir d'eau parce que ça veut dire que leurs porteurs sont en train de sourire. Sourire, ça fait une brèche dans les joints du masque.

Ton équipement Aqualung préféré ?

Ma combinaison de plongée ! Mon Dieu, qu'est-ce que je ferai sans combinaison de plongée ?! J'ai tendance à mettre ma combinaison Aquaflex 3 mm à Hawaii. Oui... Je viens de dire "combinaison de 3 mm" et "Hawaii" dans la même phrase. Elle me tient chaud et il vaut mieux, parce que je passe la grande majorité de mes journées dans ou sous l'eau entre 7h et 13h et parfois même la nuit (pour voir des raies mantas !). Et elle fait aussi protection solaire, ce qui est important. J'utilise de la crème solaire sans danger pour les récifs sur mon visage et mes mains. Pas besoin pour le reste du corps puisque je garde ma combinaison de plongée toute la journée. C'est aussi le parfait compagnon de voyage. Elle marche bien et me permet de rester à l'aise dans la plupart des climats et des endroits que je visite.

Quelles sont les compétences de plongée que tu cherches à améliorer ?

Il faut absolument que je travaille à respirer à un rythme normal quand je plonge profondément. Quand j'ai passé ma certification Open Water, mon instructrice nous a dit qu'il est bon de respirer "lentement et régulièrement", mais elle ne nous a pas montré ce qu'elle voulait dire par "lentement"... alors j'ai respiré très très trèèèèèès lentement. Par la suite, je ne comprenais pas pourquoi j'avais des migraines aussi violentes après avoir plongé, jusqu'à ce que mon mari me fasse remarquer que j'utilisais un tiers de bouteille de moins que les autres. Depuis, j'ai passé ma certification Advanced Open Water et j'ai amélioré ma technique de respiration, mais il m'arrive de reprendre inconsciemment une respiration très lente, si bien que je ne me rappelle d'accélérer que quand ma tête commence à palpiter.

Qu'est-ce que tu fais pour améliorer l'état de nos océans ? Tu as des conseils pour ceux qui veulent aider ?

J'utilise les réseaux sociaux comme plateforme pour la conservation des océans et l'éducation depuis quelques années et j'ai commencé à organiser des safaris en mer avec mon mari à Kona également. On emmène nos clients à l'extérieur et on partage nos connaissances sur la faune et la flore et sur les difficultés auxquelles les océans sont confrontés. On présente à nos invités des écrans solaires sans danger pour les récifs, on utilise des récipients réutilisables pour la nourriture et les boissons à bord, et on ramasse tous les débris que l'on trouve dans l'océan.

Des talents cachés ?

Je peux égaliser la pression dans mes oreilles sans les mains. Je ne m'étais jamais rendu compte que c'était une capacité convoitée jusqu'à ce que je rencontre un autre apnéiste en 2008 et qu'il me demande comment je faisais. Avant notre rencontre, je pensais que tout le monde pouvait faire pareil et que ceux qui devaient utiliser leurs mains devaient avoir un blocage des sinus ou autre chose.

Suivez les aventures de Alicia: